25 mars 1831 – Le Vingt-cinq mars. Odelette publiée dans l'Almanach dédié aux demoiselles, 1831. Elle fut reprise dans les Annales romantiques en 1835 avec le deuxième ensemble des odelettes, puis dans La Bohême galante et Petits Châteaux de Bohême sous le titre Avril, qui est aussi celui du manuscrit Lovenjoul (D 741 fol. 3). Le poème, fondé sur l’antinomie apparente entre le renouveau printanier et la mélancolie éprouvée par le poète, évoque celui qu’a composé Mallarmé sous le même titre « Avril ».

Voir la notice LA CAMARADERIE DU PETIT CÉNACLE

******

 

LE VINGT-CINQ MARS

 

Déjà les beaux jours, la poussière,
Un ciel d’azur et de lumière
Les murs enflammés, les longs soirs !…
Et rien de vert : à peine encore
Un reflet rougeâtre décore
Les grands arbres aux rameaux noirs !
 
Ce beau temps me pèse et m’ennuie ;
Ce n’est qu’après des jours de pluie
Que doit surgir, en un tableau,
Le printemps verdissant et rose :
Comme une nymphe fraîche éclose
Qui, souriante, sort de l’eau !

 

GÉRARD

item1a1
item3