item3

4 décembre 1831 – Cour de prison fut publié dans Le Cabinet de lecture en 1831 puis repris sous le titre Politique 1832 dans La Bohême galante et Petits Châteaux de Bohême. On ignore pour quelle raison, politique ou de moeurs, Nerval fut arrêté et conduit à la prison Sainte-Pélagie.

Le Soleil et la gloire, signé également Gérard, fait suite à Cour de prison en 1831 et fut repris dans l’Almanach des Muses 1832 avec d'autres odelettes, puis dans La Bohême galante et Petits Châteaux de Bohême sous le titre Le Point noir.

Voir la notice LA CAMARADERIE DU PETIT CÉNACLE

******

 

COUR DE PRISON

 

Dans Sainte-Pélagie
D’une aile rélargie,
Où, rêveur plaintif,
Je vis captif,
 
Pas une herbe ne pousse,
Et pas un brin de mousse
Le long des murs grillés
Et bien taillés !
 
Oiseau qui fends l’espace,
Et toi, brise, qui passes
Sur l’étroit horizon
De la prison,
 
Dans votre vol superbe,
Apportez-moi quelque herbe,
Quelque gramen mouvant
Sa tête au vent !
 
Qu’à mes pieds tourbillonne
Une feuille d’automne,
Peinte de cent couleurs,
Comme les fleurs,
 
Pour que mon âme triste
Sache encor qu’il existe
Une nature… un Dieu
Dehors ce lieu !
 
Oui, faites-moi la joie
Qu’un instant je revoie
Quelque chose de vert
Avant l’hiver !

 

LE SOLEIL ET LA GLOIRE

 

Quiconque a regardé le soleil fixement
Croit voir devant se yeux danser obstinément
Partout, à terre, au ciel – une tache livide !
 
Ainsi bien jeune encore et plus audacieux
Je vis briller la gloire et j’y fixai les yeux, -
Hélas ! c’en était trop pour mon regard avide !
 
Depuis, m’importunant comme un oiseau de deuil,
Partout, sue quelque objet que j’arrête mon œil,
Je la vois se poser aussi, la tache noire !…
 
Quoi ! partout entre moi sans cesse et le bonheur !
Oh ! c’est que l’aigle seul, - malheur à nous, malheur –
Contemple impunément le soleil et la gloire !
item1a1