AUX ORIGINES

LE CÔTÉ MATERNEL

Nerval a noté sur l'arbre généalogique de son ascendance maternelle les noms d'Olivier Béga, Boucher et Laurent. Quelle est la réalité de l'histoire familiale des Olivier, des Boucher et des Laurent antérieure à la naissance de Nerval, telle que l'état civil nous permet de l'établir?

LES OLIVIER : DE DAMPIERRE À MORTEFONTAINE

Nerval a noté dans sa Généalogie, comme ancêtre de sa famille maternelle « Olivier Bégat » ou « Béga » et mentionne encore ce nom dans la lettre qu’il adresse à son père le 22 octobre 1853, au moment où il rêve de reconstituer ce qu’il appelle le « fief de Nerval » à Mortefontaine : « J’ai écrit à Mme Alexandre Labrunie ( Julienne Chatelin, devenue veuve en 1851 d’Alexandre Labrunie, cousin d’Étienne Labrunie) pour les arrangements relatifs à notre terre… Je la paierais en annuités ou autrement, quand je saurai le prix actuel de la terre dans le pays. Nos fermiers ont deux autres lots revendus par mes autres cousins, et en s’entendant avec eux, on referait en partie l’ancienne propriété de mon grand-oncle Olivier Béga. » En fait, ce qu’il prend pour un prénom, Olivier, est le nom de famille de ses ancêtres maternels les plus lointains, originaires de Dampierre (Seine-et-Oise) venus s’installer à Mortefontaine.

On peut suivre l'histoire de la famille Olivier à Dampierre sur trois générations depuis le début du XVIIe siècle. Aux origines des registres paroissiaux de Dampierre on trouve le nom de Pierre Olivier, chaudronnier, époux de Jeann Baron, décédé en 1651. Ses fils Jean, Michel et Pierre sont en étroit rapport avec le personnel du château : le premier-né de Michel a pour parrain Hélie Girard fontainier du duc de Chevreuse; un enfant de Pierre Olivier et de Jeanne Forget, a pour parrain Isaac Lagot, « garde des plaisirs de Monseigneur le duc de Chevreuse », un autre Pierre Ravigneau « vigneron de la vigne de monseigneur le duc de Chevreuse », un autre enfin Antoine Friquet, concierge du château de Dampierre, charge très importante. Il est donc probable que Pierre Olivier exerçait également des fonctions au service du duc de Chevreuse.

Arrêtons-nous un instant sur Antoine Friquet, qui nous apporte probablement la clé du nom de Bega, peintre flamand du XVIIe siècle, lointain aïeul, nous dit Nerval à plusieurs reprises. Antoine Friquet, concierge du château de Dampierre, est le frère de Jacques Friquet de Vaurose, peintre ordinaire du roi, élève de Sébastien Bourdon, qui travailla notamment à la décoration monumentale de l'Hôtel des Invalides à Paris. Son nom fut oublié au XVIIIe siècle, et son oeuvre fut souvent attribuée au peintre d'origine flamande Van der Meulen. Jacques Friquet est venu à plusieurs reprises à Dampierre, sans doute y a-t-il travaillé comme peintre, son nom et sa signature apparaissent sur les registres paroissiaux de Dampierre, notamment à l'occasion du mariage de son frère Antoine en 1673. En 1678, sa fille Catherine meurt en nourrice à Dampierre, chez un dénommé Pierre Breja, piqueur des équipages du duc de Chevreuse. Breja / Bega « peintre flamand mort il y a plus d'un siècle », associé de façon récurrente à une « maison du garde », dont on va voir que ce fut la fonction première de la maison où Nerval passa ses premières années d’enfance... Ne peut-on imaginer que la mémoire familiale, dont on verra par ailleurs qu’elle fonctionne avec une certaine confusion, ait gardé la trace de cette proximité, et, plus concrètement ait conservé des esquisses ou des gravures (Jacques de Vaurose est peintre et graveur) données par l'artiste au père nourricier de son enfant, offertes ensuite par celui-ci à Pierre Olivier? Le nom, mal transmis ou mal retenu par une mémoire d'enfant (Gérard n'a que sept ans quand il quitte la maison de Mortefontaine où il dit avoir vu ces tableaux) peut ressurgir, quelque peu déformé. Le nom occupe sa mémoire avec une certaine instabilité graphique (Bega / Begat) et phonique : en 1841, Nerval fait précéder le récit des Amours de Vienne d'une lettre fictive d'un personnage qu'il nomme de Bregeas.

Le couple de Pierre Olivier et Jeanne Forget donne naissance à dix enfants, dont Jean est le petit dernier, baptisé le 2 mars 1678, à Dampierre. Notons enfin avant de quitter Dampierre que le nom de Boucher y est aussi attesté, dans une assez grande proximité avec la famille Olivier, sans qu'il soit possible de déterminer le lien qui les unit à la branche des Boucher de Mortefontaine.

Jean Olivier suit l’exemple paternel en entrant au service du seigneur de Mortefontaine Jacques Louis Le Peletier, marquis de Montméliant, en qualité de garde-chasse, puis, peut-on lire sur l'acte de mariage de sa fille, « garde des plaisirs de Madame la Présidente Le Peletier ». Le 17 février 1721, il épouse, à Mortefontaine, Marie Catherine Carillion dont le père et le grand-père étaient déjà au service du précédent seigneur du domaine, Jacques Le Coigneux. Jean Olivier sera témoin à l’inhumation de Marie Louise Le Peletier, premier enfant des seigneurs de Mortefontaine, décédée à l’âge de sept mois le 19 août 1727. Du mariage de Jean Olivier et Catherine Carillion naissent plusieurs enfants, dont Pierre, le 16 septembre 1723, Louis le 26 avril 1725, et Marie Marguerite, le 19 juillet 1729. Jean Olivier est décédé le 8 novembre 1731. Sa veuve, Marie Catherine, continue à exploiter le cabaret auberge de Mortefontaine, jusqu’à sa mort le 5 août 1753.

Pierre Olivier, surnommé par Nerval Olivier Béga ou Bégat, entre au service de la famille Lepeletier à Mortefontaine en qualité de cuisinier, profession qu’il continuera d’exercer à Paris, rue du cloître Notre-Dame. Le 30 octobre 1793, en même temps que son parent Mathieu Rossias, il acquiert plusieurs terres à Mortefontaine, dont l’une se situe au lieu-dit Nerva ou Nerval. Célibataire, mort sans enfants à Paris le 23 nivôse an IV (13 janvier 1796), il fera de ses deux neveux, Marguerite Victoire et Antoine Boucher, ses héritiers. C’est ainsi que Nerval héritera de sa grand-mère, pour moitié avec son cousin Labrunie, cette parcelle du clos Nerval.

Par Marie Marguerite, dont le mariage avec Adrien Joseph Boucher est célébré le 4 février 1756, la famille Olivier s’allie à la famille Boucher de Mortefontaine.

______

 

LES BOUCHER : D'ESTRÉES-SAINT-DENIS À ERMENONVILLE, PUIS MORTEFONTAINE

Dans sa Généalogie, Nerval mentionne, au-dessous du nom d’Olivier Bégat ou Béga, celui de « Boucher oncle, propriétaire » et de « Marie Vict(oire) Boucher », « ayeuls maternels ». Ce sont son grand-oncle Antoine Boucher et sa grand-mère Laurent, née Boucher.

La famille Boucher est originaire d'Estrées-Saint-Denis, dans l'Oise. Le mariage, le 29 janvier 1689, de François Boucher et Marie Commelin, à Estrées-Saint-Denis, est enregistré sur le registre de la paroisse sans aucune indication d'âge ou de profession. Pas davantage de précision sur l'acte de baptême de leur fils Adrien François, le 30 juin 1704.

L'acte de mariage d'Adrien François, le 21 juillet 1733, à Ermenonville, avec Marie Marguerite Duhamel, veuve de Pierre Brimeur, boucher de profession à Ermenonville, est plus explicite : le futur époux demeure « depuis plusieurs années » à Fontaine-Chaalis. Ce village, alors appelé Fontaine-Cornu, est proche d'Ermenonville et Mortefontaine. On peut donc penser qu'Adrien François (qui déclare sur l'acte de mariage ne pas savoir signer) a voulu se rapprocher d'une autre branche de la famille Boucher, qui occupe alors à Mortefontaine une position sociale plus élevée. Un acte en particulier a dû attirer l'attention de Nerval s'il a feuilleté ces registres (et il est hautement probable qu'il l'a fait), et a pu lui inspirer l'extrapolation « gentilhomme du duc de Bourbon » de sa Généalogie. Il s'agit de l'acte de baptême de Guillaume Boucher le 2 novembre 1728, à Mortefontaine. L'enfant, qui est le fils de Jean Boucher, « garennier », et de Jeanne Foy, a pour parrain Guillaume Aubry, « garde des plaisirs de son altesse Monseigneur le duc de Bourbon ».

L'acte de baptême d’Adrien Joseph Boucher, à Ermenonville, le 21 novembre 1735, montre que son père Adrien François a repris le commerce de boucherie de Pierre Brimeur, et que le rêve d'ascension sociale se réalise, puisque le parrain de l'enfant est un notable, « notaire royal et procureur fiscal de M. le vicomte d'Ermenonville ».

Adrien Joseph Boucher, devenu voiturier cabaretier, épouse Marie Marguerite Olivier le 24 février 1756 à Mortefontaine. De ce mariage naissent à Mortefontaine Marie Marguerite Victoire le 4 mars 1757, Antoine Adrien le 28 février 1758, et Antoine le 17 novembre 1759. Adrien Joseph meurt prématurément le 16 avril 1759, à vingt-quatre ans, laissant sa veuve, dont le fils, Antoine, est encore à naître, sans autre ressource que l’ancienne maison du garde-chasse devenue cabaret auberge. C’est là que vont grandir la grand-mère et le grand-oncle de Gérard, spectateurs des grands bouleversements de la fin de l’ancien régime et de la Révolution à Mortefontaine, dans un temps où Jacques Le Peletier, puis Joseph Duruey furent les propriétaires du domaine qui jouxtait leur maison.

Le 27 février 1783 est célébré à Mortefontaine le mariage d’Antoine Boucher avec Marie Jeanne Robquin. Elle est de quatorze ans son aînée, veuve d’Antoine Corbie et mère de quatre jeunes enfants. Les bans ont été publiés à Mortefontaine et à Paris, paroisse St-Jacques-de-la-Boucherie, où Antoine est « maçon ». Deux enfants naissent de ce mariage, Marie Antoinette Élise, le 9 janvier 1784, et Antoine Auguste le 17 juillet 1787, dont on ignore la destinée. Marie Jeanne Robquin et Antoine Boucher sont décédés tous deux dans la maison auberge de Mortefontaine, à quelques semaines de distance, la première le 19 février 1820 et le second le 29 mai 1820. Un peu avant la naissance d’Antoine Auguste, un contrat d’acquisition de la maison de Mortefontaine a été passé au bénéfice d’Antoine Boucher qui en est désormais seul propriétaire moyennant un bail à rente consenti par sa mère Marie Marguerite Olivier et son oncle Pierre Olivier. L’année suivante, le 3 septembre 1788, Marie Marguerite Olivier est admise à l’hospice des Incurables à Paris, où elle mourra le 21 janvier 1793. Pierre Olivier meurt deux ans plus tard à Paris, le 23 nivôse an IV (13 janvier 1796).

Quatre mois avant celui de son frère Antoine, le 5 novembre 1782, était célébré à Mortefontaine le mariage de Marie Marguerite Victoire et de Pierre Charles Laurent.  

______

 

LES LAURENT : DE LAFFAUX À MORTEFONTAINE, PUIS PARIS

Il faut aujourd’hui rendre hommage à Aristide Marie dont les recherches généalogiques sont désormais la seule source d’information concernant la famille Laurent, originaire de Laffaux, près de Soissons, les archives départementales de l'Aisne antérieures à 1803 ayant été détruites durant la première guerre mondiale.

En 1748, a relevé A. Marie, Jean Laurent épouse Marie Louise Demonsablon, dont les parents, François Demonsablon et Marguerite Brocheton, sont laboureurs. De ce mariage naissent en 1754 à Laffaux Jeanne Claire Laurent, qui épousera Louis Charles Duriez, puis, en 1757, toujours à Laffaux, Pierre Charles Laurent, le grand-père de Nerval. C’est Louis Charles Duriez, conseiller référendaire à la Cour des comptes qui, en 1813, prendra l'initiative de s'informer auprès du ministère de la guerre sur le sort d'Étienne Labrunie disparu à Wilna pendant la retraite de Russie : « Nous désirerions savoir s'il existe ou non, attendu que son épouse, ma nièce, étant décédée, il serait nécessaire d'établir et de surveiller les droits de leur enfant, qui est un beau et charmant garçon âgé de 5 ans. »

Sur le mariage de ses grands-parents, qui fut célébré le 5 novembre 1782 à Mortefontaine, Nerval a recueilli un récit familial quelque peu fantaisiste. C’est à la suite, dit-il dans Promenades et Souvenirs, d’une altercation avec son père que Pierre Charles Laurent décida de quitter son village natal de Laffaux pour venir vivre près des étangs de Chaalis et Ermenonville chez un de ses oncles qui lui donna sa fille en mariage : « Je ne sais ce qui se passa. Un reproche trop vif fut cause sans doute de la résolution que prit mon grand-père. Il monta à sa chambre, fit un paquet de quelques habits, et, à travers la forêt de Compiègne, il gagna un petit pays situé entre Ermenonville et Senlis, près des étangs de Châalis, vieille résidence carlovingienne. Là vivait un de ses oncles qui descendait, dit-on, d’un peintre flamand du dix-septième siècle. Il habitait un ancien pavillon de chasse aujourd’hui ruiné, qui avait fait partie des apanages de Marguerite de Valois. Le champ voisin, entouré de halliers qu’on appelle les bosquets, était situé sur l’emplacement d’un ancien camp romain et a conservé le nom du dixième des Césars. » On voit là se confondre en un même récit des origines plusieurs fils généalogiques : les Olivier, acquéreurs du clos Nerval et dont un ancêtre, disait-on, fut peintre, et Adrien François Boucher, venu en effet s’installer près d’Ermenonville à Fontaine-Chaalis, qui n’est pas le père (Adrien Joseph est mort alors qu’elle n’avait que deux ans), mais le grand-père de Marguerite Victoire.

Au moment de son mariage, Charles Laurent est au service de Louis Le Peletier, alors seigneur de Mortefontaine, en qualité de « domestique », ainsi que le stipule l’acte de mariage, dans son hôtel parisien de Roquelaure, 6 rue de Nazareth. Pendant la Révolution, le couple quitte Mortefontaine et s’installe dans le quartier du Temple comme fripier, avant d’acheter le fonds de commerce de lingerie, 23 rue Coquillière. Du mariage de Pierre Charles Laurent et Marie Marguerite Victoire Boucher, naissent trois enfants, Pierre Louis, né à Mortefontaine le 12 décembre 1783, qui a dû mourir en bas âge car on perd ensuite sa trace, puis Marie Antoinette Marguerite, la mère de Nerval, dont l’acte de naissance est inconnu, tant à Mortefontaine qu’à Paris, et Eugénie, née à Paris en 1798.

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE

1676, 16 janvier naissance de Jeanne Olivier a Dampierre copie

acte de baptême de Jeanne Olivier, 3e enfant de Pierre Olivier et Jeanne Forget, le 16 janvier 1676 à Dampierre. Son parrain est Antoine Friquet, concierge du château de Dampierre (Archives départementales de Seine-et-Oise)

1678, 12 aout deces de Catherine Friquet a Dampierre copie
1677, 28 fevrier naissance d'Isaac Olivier a Dampierre copie

acte de décès de Catherine Friquet, fille du peintre Jacques Friquet de Vaurose, en nourrice chez Pierre Breja à Dampierre, le 12 août 1678. Antoine Friquet, son oncle, concierge du château de Dampierre, est témoin. (Archives départementales de Seine-et-Oise)

acte de baptême d’Isaac Olivier, 4e enfant de Pierre Olivier et Jeanne Forget, le 28 février 1677 à Dampierre. Son parrain est Isaac Lagot garde des plaisirs de Monseigneur le duc de Chevreuse.(Archives départementales de Seine-et-Oise)

1687, 2 mars naissance de Jean Olivier a Dampierre copie

acte de baptême de Jean Olivier, 10e enfant de Pierre Olivier et Jeanne Forget, le 2 mars 1687. C'est lui qui quittera Dampierre pour entrer au service de Louis Le Peletier, seigneur de Mortefontaine (Archives départementales de Seine-et-Oise)

fevriermariagedeJeanOlivieretMCCarillon

21 février 1721, acte de mariage de Jean Olivier et de Marie Catherine Carillion à Mortefontaine. Jean Olivier est garde-chasse de Monsieur le président Lepeletier.(Archives départementales de l'Oise)

fevriermariagedAdrienJosephBoucheretMMarg
marsbaptemedeMargueriteVictoireBoucheraMortefontainecopie
novembrenaissancedAntoineBoucheraMortefontainecopie

24 février 1756, acte de mariage d'Adrien Joseph Boucher et de Marie Marguerite Olivier à Mortefontaine (Archives départementales de l'Oise)

5 mars 1757, acte de naissance à Mortefontaine de Marguerite Victoire Boucher, fille d'Adrien Joseph Boucher,"voiturier et cabaretier", grand-mère de Nerval (Archives départementales de l'Oise)

17 novembre 1759, acte de naissance à Mortefontaine d'Antoine Boucher, fils posthume d'Adrien Joseph Boucher, grand-oncle de Nerval (Archives départementales de l'Oise)

Mortefontainevillage
Mortefontaine etangs
Mortefontaine. chateaujpg

le village, les étangs et le château de Mortefontaine tels que les a connus Nerval

ErmenonvillechausseeXVIIIe

Ermenonville tel que l'a connu Adrien François Boucher

1704, 30 juin naissance d'Adrien Francois Boucher a Estrees copie

acte de baptême à Estrées-Saint-Denis d'Adrien François, fils de François Boucher et Marie Commelin, le 30 juin 1704 (Archives départementales de l'Oise)

juilletmariagedAdrienBoucheretM

acte de mariage d'Adrien François Boucher et Marie Marguerite Duhamel, le 21 juillet 1733 à Ermenonville. Adrien François demeure à Fontaine-Chaalis "depuis plusieurs années". Ne sachant pas écrire, il marque le registre d'une croix. Son épouse Marie Marguerite Duhamel habite à Ermenonville, elle est veuve de Pierre Brimeur, "boucher de cette paroisse" (Archives départementales de l'Oise)

Mortefontaine etangs
Paris rue Coquilliere 2

la façade de l'église Saint-Eustache et la rue Coquillière au milieu du XIXe siècle

novembremariagedePierreCharlesLaurentetMargueriteBouchercopie

acte de mariage de Pierre Charles Laurent et Marguerite Victoire Boucher à Mortefontaine, le 5 novembre 1782 (Archives départementales de l'Oise)

item1a
item1
item1a1a

LES OLIVIER, DE DAMPIERRE À MORTEFONTAINE

LES LAURENT À MORTEFONTAINE PUIS PARIS

LES BOUCHER, D'ESTRÉES-SAINT-DENIS À ERMENONVILLE ET MORTEFONTAINE

item1