item3

1831 – Fantaisie, la plus célèbre des odelettes de Nerval, fut publiée pour la première fois dans les Annales romantiques pour 1832, signée Gérard. Elle fut plusieurs fois reprise, dans Le Journal des gens du monde en 1834, les Annales romantiques 1835, dans La Sylphide, le 31 décembre 1842, sous le titre Vision dédiée à Gautier, dans L’Artiste, le 1er août 1849, sous le titre Odelette, signée Gérard de Nerval, puis dans La Bohême galante et Petits Châteaux de Bohême Nerval précisera que l'on prononce le nom de Weber « Wèbre  », d'où la rime du premier quatrain. On connaît aussi plusieurs manuscrits de cette odelette comportant des variantes : vitraux peints / teints ; ceint de grands bois/ ceint de grands parcs; en son costume ancien / en ses habits anciens.

Voir la notice LA CAMARADERIE DU PETIT CÉNACLE et BELLES PAGES

******

 

FANTAISIE

 

Il est un air pour qui je donnerais
Tout Rossini, tout Mozart et tout Wèbre,
Un air très vieux, languissant et funèbre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets.
 
Or, chaque fois que je viens à l’entendre,
De deux cents ans mon âme rajeunit…
C’est sous Louis XIII – et je crois voir s’étendre
Un coteau vert, que le couchant jaunit ;
 
Puis un château de brique à coins de pierre,
Aux vitraux peints de rougeâtres couleurs,
Ceint de grands parcs, avec une rivière
Baignant ses pieds, qui coule entre les fleurs.
 
Puis une dame, à sa haute fenêtre,
Blonde aux yeux noirs, en son costume ancien
Que dans une autre existence peut-être
J’ai déjà vue et dont je me souviens !

 

GÉRARD.

item1a1